Parfois les parents n'arrivent pas à comprendre leurs enfants, ils essayent de les rendre heureux mais en vain, voilà comment vous pouvez le faire maintenant

On se demande généralement : Quels sont les piliers du bonheur de l’enfant ? Voici un petit guide de conduite pour parents.

1- Un environnement sécurisant:

Si on prend la satisfaction des besoins physiologiques de base comme acquise, le besoin de sécurité arrive en premier lieu. Pour l’enfant, l’environnement est mille fois plus effrayant que pour nous et les émotions sont démultipliées. Le besoin de sécurité est donc également décuplé.

2- Montrez-lui que vous lui faites confiance:

  • Entre adultes, les démonstrations de confiances n’apparaissent que quand il y a un enjeu réel. Avec les petits, cette condition n’est pas nécessaire ! Les petits moments de liberté, d’autonomie que vous lui laissez lui suffisent à se sentir pris au sérieux.
  • De même, lui confier de petites tâches au quotidien démontrera que vous croyez en lui, qu’il peut se rendre utile ! Rien de mieux pour booster son estime personnelle (celle-ci a tendance à vaciller pour un rien durant l’enfance).
  • Quelques exemples tout bêtes : « tu peux aller dire à papa que j’ai besoin de lui ? C’est très important ! », « Si tu mettais le couvert ça m’aiderait beaucoup ! », « Tu veux bien m’aider à ranger les jouets de ta petite sœur ? ».

3- Laissez-le développer sa propre personnalité:

  • Vous pensiez peut-être engendrer un mini-vous, c’est raté ! Votre enfant est bien un être à part entière avec ses goûts bien à lui ! Vous êtes peut-être extraverti, plein d’amis, passionné de mathématiques et de musique.
  • Lui est réservé, adore la littérature et la nature. Aidez-le justement à se construire, s’affirmer autour de ça, encouragez-le à oser s’aventurer vers ce qu’il aime.

4- Une bonne dose de jeu:

  • Le jeu est la principale source de plaisir et la forme de communication la plus développée chez l’enfant. Que ce soit une partie de badminton avec vous, une construction en lego dans son coin ou une course de petites voitures avec le voisin, peu importe le contexte.
  • Variez justement le plus possible les sources d’amusement pour qu’il n’assimile pas le plaisir du jeu à une situation spécifique.

5- Acceptez sa vie privée:

Eh oui, que ce soit à 3, 5 ou 8 ans, on a déjà un jardin secret, et on n’a aucune envie que papa maman vienne fouiner dedans !

Ce petit bout de bois qu’il affectionne en cachette, cette fameuse Manon dont il ne veut pas vous parler, ce bobo qu’il s’est fait mystérieusement… c’est son intimité, pas besoin d’aller y mettre votre nez.